Abonnez-vous et assistez aux rencontres du TOP 12

Cliquez pour agrandir

INTERCLUBS NATIONAUX A DOMICILE

Samedi 05/10 2019 - Palais des Sports
N2 - 13h - MULHOUSE 2 - ASPTT STRASBOURG 2
TOP 12 - 16h - MULHOUSE - ASPTT STRASBOURG

Samedi 02/11 2019 - Palais des Sports
N2 - 13h - MULHOUSE 2 - VAL DE MORTEAU
TOP 12 - 16h - MULHOUSE - AIRE SUR LA LYS

Liste des rencontres

SAISON 2019/2020

NOUVEAU - Première inscription gratuite pour les joueuses (hors cotisation Ffbad)

INFOS ADHESION ICI
INSCRIPTION E-COTIZ ICI.

CALENDRIER
FERMETURE ERGMANN 27/09 et 29/09 - Info
Inscription manifestations ICI.

 

La marche était trop haute

 

 

Toma Junior Popov avait déjà participé à la finale d'un championnat d'Europe, en 2015 en cadets, et l'avait perdue. Cette fois, il n'a pas laissé passer sa chance et quitte la catégorie des juniors par la grande porte.

Sandrine Pays

« Comme tout compétiteur hors-norme, Arnaud ne peut pas se satisfaire d'une médaille d'argent. Une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne. Or, il vient de la perdre. Il a toute la frustration et la déception du monde sur ses épaules. Pour l'instant, il ne se rend pas compte de ce qu'il vient de faire. Il le réalisera plus tard ». Tel a été le commentaire de Christophe Jeanjean, l'entraîneur national, en voyant le jeune joueur se diriger lentement vers les vestiaires sous les applaudissements d'un public entièrement acquis à sa cause.

Quelques minutes plus tôt, Arnaud Merklé a quitté le terrain le visage fermé, le coeur lourd. Lui qui est toujours si expressif, dans les bons comme dans les mauvais moments, a une fois encore du mal à masquer ses sentiments. Après un sans-faute, il vient de tomber sur plus fort que lui : il n'a rien pu faire face à Toma Junior Popov et s'est incliné en finale des championnats d'Europe juniors organisés durant dix jours au centre sportif régional de Mulhouse, à l'issue d'un match de haute volée (21-14, 21-15).

Le benjamin de l'équipe de France qui, à 16 ans, était l'un des badistes les plus jeunes du tournoi, vient de décrocher sa première médaille en simple hommes à ce niveau de compétition, mais elle n'est pas en or et il s'en veut visiblement beaucoup de ne pas avoir atteint l'objectif qu'il s'était fixé. « Je suis dégoûté. Je voulais gagner. Je n'y suis pas arrivé. Je n'étais pas prêt. Ce n'était peut-être pas le bon moment », lâche-t-il, au bord des larmes, sous le coup de l'émotion. « J'ai beaucoup de regrets. Je n'ai pas fait le match que je voulais faire. J'étais fatigué et je n'ai pas réussi à contrôler les débats. »

Un peu plus loin, François Schmitt-Baagoe, son entraîneur au Red Star Mulhouse, fait contre mauvaise fortune bon coeur.

« Il s'est battu comme un beau diable »

« Il avait ses chances, même s'il n'était pas favori sur le papier, mais il était confronté à un adversaire qui a très bien joué alors qu'il a lui-même commis quelques petites erreurs qui lui ont coûté cher. Il est sur la bonne voie, mais il a encore du chemin à parcourir avant de devenir champion d'Europe. Il a malgré tout réalisé un parcours remarquable », relève le coach en rappelant que son protégé a participé mardi dernier à la victoire des Français dans la compétition par équipes. Très crispé, Arnaud Merklé est mal entré dans le match. Toma Junior Popov, imperturbable, a immédiatement pris le dessus et remporté le premier set sans grande difficulté. « J'étais très tendu moi aussi, mais j'ai essayé de ne pas trop le montrer », remarquait après coup la tête de série n°1, qui faisait là sa dernière apparition chez les juniors et participera à ses premiers championnats d'Europe seniors dans une dizaine de jours au Danemark. « Ça n'a pas été facile, surtout dans le second set, qui a été plus serré que le précédent : Arnaud s'est réveillé et s'est battu comme un beau diable. » Mais Toma Junior Popov, qui avait jusqu'alors toujours battu le Mulhousien, a une nouvelle fois eu le dernier mot. « Quand il est devant et qu'il est en confiance, comme c'était le cas, il est impossible d'aller le chercher parce qu'il est très fort mentalement », précise Christophe Jeanjean.

L'entraîneur national pouvait avoir le sourire, car le bilan des Bleuets lors de ces championnats d'Europe juniors est exceptionnel avec quatre médailles - dont trois en or - à leur actif. « Nous avons rempli les trois quarts de notre contrat. Nous avons laissé filer le titre dans le double mixte, c'est une réelle déception, mais nous n'avons pas à nous plaindre », précise l'entraîneur national, qui voit déjà beaucoup plus loin : « Toute cette génération de juniors, nés en 1998, 1999 et 2000, devrait arriver à maturité lors des Jeux Olympiques 2024. »

D'ici là, Arnaud Merklé, qui avait repris du poil de la bête et retrouvé toute sa combativité quelques minutes après la cérémonie protocolaire de remise de médailles, compte bien faire parler de lui. Notamment... lors des prochains championnats d'Europe juniors, à l'automne 2018.

« Je serai au rendez-vous. Et je serai plus fort. Cette fois, le titre ne m'échappera pas ! »