CLUB D EXCELLENCE

REPORTAGE FRANCE 3 ALSACE ici

6ème JOURNEE INTERCLUB

7 JANVIER 2017

RSM - AIX EN PROVENCE  5/3

RSM 2 - LYON 4/4

RSM 3 - DIJON 4/4

 

BONNE ANNEE

Le RED STAR MULHOUSE BADMINTON vous présente ses meilleurs voeux pour 2017

INVITATION POUR LE 7 JANVIER  ICI

Mulhouse lui va bien

Samedi, le Red Star Mulhouse accueillait ses voisins strasbourgeois au palais des sports de Mulhouse (3-5), sous le regard attentif d'Eva Sladekova. L'occasion de rencontrer cette sportive originaire de Slovaquie.

Eva est à l'affût. Pas loin, Julie Delaune et Sébastien Bourbon entament la dernière manche de cette rencontre. S'ils gagnent, le Red Star peut revenir à égalité face à Strasbourg. Tout en suivant les échanges, entre deux « Allez Red Star ! », elle parle bien volontiers de sa vie mulhousienne et de la Slovaquie, en passant par Pékin, mêlant habilement anglais et français, qu'elle étudie à l'Université de Haute-Alsace depuis l'an dernier. Ce n'est pas un mystère : à 27 ans, son CV est joliment étoffé.

«Ici le cadre m'a de suite plu»

Eva Sladekova est de celles qui aiment se définir simplement : bien dans ses baskets. Championne de Slovaquie en 2000 (double dames), 2005 et 2007 (simples), cela va faire sept ans qu'elle vit à Mulhouse, officiant parmi ses partenaires du Red Star. Pourquoi Mulhouse ? Eva n'hésite pas une seconde avant de formuler sa réponse : « Il faut remonter huit ans en arrière. Je suis venue une première fois jouer ici.

«On m'a proposé de rester et j'ai accepté. Le cadre m'a tout de suite plu. Je considère que tout est réuni ici pour se sentir bien, la ville possède de bonnes infrastructures et un équipement conséquent pour le badminton. Nous sommes proches de l'Allemagne et de la Suisse, ce qui est une chance. J'aime beaucoup les bars où ils passent du jazz, notamment le Jazzhaus à Fribourg. »

Voilà cette amoureuse du jazz servie. Même si le nom de Herbie Hancock ne lui évoque encore rien, elle connaît en revanche Ahmad Jamal, le « prestidigitateur du piano ». Alors, comment en est-elle venue au jazz ? « C'est mon petit ami qui m'a fait découvrir certains artistes. Depuis, j'aime beaucoup. »

Depuis le début de l'année, la ville de Mulhouse lui a proposé de travailler au service des sports. Avec entrain, elle organise les entraînements de la semaine pour les plus petits (5-6 ans) et les adolescents. « J'adore travailler avec les enfants. Pour moi, c'est un bel engagement. Je considère que c'est important d'occuper les jeunes avec un hobby, cela leur évite de faire des bêtises à l'extérieur. »

Modeste, mais le prix Nobel de la Paix n'est pas loin : « Je faisais la même chose en Slovaquie. C'était gratifiant, j'en suis assez fière. » Elle peut l'être, car aujourd'hui les jeunes qu'elle a formés comptent parmi les meilleurs joueurs du pays. Et sa terre natale justement, lui manque-t-elle ? « Bien sûr, il y a encore ma famille là-bas. Mais j'y étais en juin pour les vacances, je suis vaccinée pour un moment ! »

En 2008, Eva participe aux Jeux olympiques de Pékin. Un petit pas pour elle, un grand pour la Slovaquie : historiquement parlant, elle incarne la première sélection pour la Slovaquie. « Même si je n'y suis pas restée très longtemps, c'était magique. C'est un peu comme un rêve qu'on espère réaliser un jour. Moi, je l'ai vécu en Chine. » Alors quel est son secret avant d'entrer sur le terrain ?

«Le sourire m'aide à rester concentrée»

« Je n'écoute pas forcément du jazz, dément-elle, mais simplement je souris. Le sourire m'aide à rester concentrée. » En voyant l'intensité avec laquelle elle suit le double mixte de Julie et de Sébastien, on devine que sa préférence va vers le double. « Assurément, je préfère le double, mais mixte. C'est plus stimulant de jouer contre un garçon. »

Pourtant, voilà la paire battue par les Strasbourgeois. Déjà, elle les rejoint afin de leur remonter le moral. Ce soir, point de Jazzhaus. « Nous allons ranger l'équipement puis nous irons manger tous ensemble quelque part. » La voilà partie retrouver sa deuxième famille.

Pierre Gusz - Dernières Nouvelles d'Alsace - Mercredi 21 octobre 2009

Nos partenaires