CLUB D EXCELLENCE

REPORTAGE FRANCE 3 ALSACE ici

9ème JOURNEE INTERCLUB

18 MARS 2017 AU PALAIS DES SPORTS

RSM - ISSY LES MOULINEAUX 5/3

RSM 2 - ASPTT STRASBOURG 4/4

RSM 3 - BOURG EN BRESSE 6/2

 

18 MARS AU PALAIS DES SPORTS MULHOUSE

 

 

Le Red Star Mulhouse à l'aube de sa cinquième rentrée en Top 12

« Nous serons en chasse »
Pour sa cinquième saison au sein du Top 12, le Red Star Mulhouse n'a pas de prétentions particulières, si ce n'est chercher le maintien et la troisième place, encore et encore... Première journée à suivre face à Chambly, samedi (16h) au Palais des sports.Romain Eudeline sort d'un été fructueux et arrivera en forme ce week-end.

À chaque rentrée, le discours semble le même. Rationnel, confortable, sans (trop) de prise de risque.

Viser la troisième place du groupe, peu ou prou, derrière les favoris que sont Chambly et Issy-les-Moulineaux.

Cette fameuse place, que le Red Star n'a jamais quittée depuis 2010. Mais peut-on vraiment en vouloir au club de Simon Hupfel de ne pas viser plus haut, quand le niveau augmente d'année en année ?

« Avec le changement de règlement de la part de la Fédération française, la saison s'annonce indécise. Toutes les équipes sont neuves. Nous allons essayer de construire sur le long terme pour avoir une formation de plus en plus compétitive. Et si nous finissons quatrièmes, je ne verserai pas de larmes », détaille le dirigeant.

Ce championnat, désormais ouvert à tous les Européens (sans limite de joueurs par club) faussera forcément la donne.

On pense à Chambly, vice-champion de France en titre, que reçoit le RSM samedi après-midi.

Budget colossal, grands projets, une poignée d'internationaux de haut vol...

Mais aussi à Issy-les-Moulineaux, multiple fois champion de l'Hexagone, à Grenoble et Maromme qui se renforcent à petits pas.

Bref, Mulhouse a encore hérité d'un groupe relevé. « Nous serons en chasse par rapport aux deux favoris. On va essayer de gratter une place supplémentaire, tout en tenant Fos-sur-Mer, Grenoble et Maromme à distance », prédit le président Hupfel.

Ici, le budget reste le même depuis la montée : 120 000 euros, à peu de chose près. Comment tirer son épingle du jeu dans ce contexte ?

« C'est complexe mais on s'accroche en essayant de se restreindre, de recruter au mieux », répond Christophe Grunfelder, le capitaine du groupe.

Expérience et solidité dans les doubles

« Les débuts de saison ne sont jamais évidents, c'est la découverte à tous les étages. A priori, Fos et Grenoble seront dans le dernier wagon. Après, tout est ouvert mais chaque équipe ne peut pas être forte aussi bien en simple, en double, chez les hommes et chez les femmes », considère-t-il.

Pour autant, le Red Star est loin d'être démuni par rapport à la concurrence.

Avec son recrutement à l'intersaison, il n'est pas exclu de voir le club aller plus loin, si l'adversaire a un blessé, un absent, un coup de moins bien au dernier moment.

Avec Vidre Wibowo (34 ans, passé par Aulnay-sous-Bois et Issy-les-Moulineaux) et l'Anglaise Jennifer Wallwork (26 ans, grande spécialiste du double dame et mixte, dans le top 5 mondial à son meilleur niveau), le Red Star retrouve une solidité en termes d'expérience et une plus grande flexibilité dans les compositions.

Comme à ses débuts dans l'élite, le club haut-rhinois est à nouveau à son avantage dans les doubles.

Au détriment des simples ? « Pas forcément, même si la concurrence chez les hommes est de plus en plus rude », reconnaît Simon Hupfel.

Chambly en sera d'ailleurs la parfaite illustration ce week-end avec Thomas Rouxel et Marin Baumann, respectivement 3e et 8e Français.

« Nous n'avons jamais arraché le match nul face à cette équipe. Notre meilleur résultat par le passé a été de s'incliner 3-5 », rappelle Simon Hupfel.

Peter Beer

 

 
 

Nos partenaires