CLUB D EXCELLENCE

REPORTAGE FRANCE 3 ALSACE ici

6ème JOURNEE INTERCLUB

7 JANVIER 2017

RSM - AIX EN PROVENCE  5/3

RSM 2 - LYON 4/4

RSM 3 - DIJON 4/4

 

BONNE ANNEE

Le RED STAR MULHOUSE BADMINTON vous présente ses meilleurs voeux pour 2017

INVITATION POUR LE 7 JANVIER  ICI

Jouer la flexibilité

 

 

Le Red Star Mulhouse du président Simon Hupfel est tombé dans un groupe très relevé. Mais le RSM entend bien se maintenir une nouvelle fois au plus haut niveau. Photo L'Alsace/Dariusz Szuster

Propos recueillis par Pierre Gusz

Le Red Star Mulhouse entamera le mois prochain sa septième saison en Top 12, parmi l'élite du badminton hexagonal. Entretien avec le président du club, Simon Hupfel, qui revient sur la saison passée et aborde celle à venir.

Vous voici à l'aube d'un nouvel exercice en Top 12. Le dernier, où vous terminez 5e de votre poule, n'a pas été le plus brillant...

Ce n'était pas une saison catastrophique, mais frustrante, dans le sens où l'on aurait pu terminer 3e ou 4e. On n'est pas passé loin de matches nuls ou de victoires, à quelques points près, lors de trois rencontres décisives. Cinquième, ce n'est pas un résultat qui reflète notre saison. Ce qui a manqué ? Simplement de la réussite, plus de coordination entre la forme des joueurs sur les différents matches. En même temps, l'objectif annoncé au départ, celui du maintien, a été rempli.

Comment envisagez-vous la saison qui arrive ?

De la même manière. On va prolonger cette stratégie qui consiste à donner à nos jeunes - Alix Saumier, Matéo Martinez, Arnaud Merklé - l'occasion de s'exprimer aux côtés de nos cadres plus expérimentés, comme Nathan Robertson, Patty Stolzenbach, Febtria Rato Putri ou le retour de Martina Benesova. L'idée est de jouer la flexibilité pour assurer notre maintien. Comme c'est une saison pré-olympique, il peut y avoir des matches bizarres, des moments où l'on va jouer des équipes, où il n'y aura pas grand monde dedans. Si quelque chose de bien nous arrive, tant mieux !

A priori, votre groupe s'annonce une nouvelle fois relevé...

Oui, on tombe dans la poule la plus forte. Avec de grosses écuries comme Chambly et l'ASPTT Strasbourg, des équipes à surveiller de près comme Aulnay-sous-Bois et Fos-sur-Mer. Plus le promu Boulogne-Billancourt, qui fait figure d'épouvantail avec un gros projet et beaucoup de moyens. Du coup, il n'y a pas vraiment d'équipe faible à mon sens, comme cela pouvait être le cas la saison passée avec Créteil.

La Ville de Mulhouse a fait un choix, en privilégiant de subventionner certains clubs de haut niveau plutôt que d'autres. Êtes-vous impacté par cette décision ?

Oui et non. On a été impacté dans un premier temps par une baisse de 5 % sur la subvention de fonctionnement classique. En même temps, par rapport à notre projet d'Académie de formation des jeunes, soutenu par la Ville, on a eu droit à une subvention exceptionnelle. Il y a eu un petit coup de pouce supplémentaire de 7600 euros, dont on avait besoin pour clore les comptes en fin d'année. On est très honorés que nos efforts soient reconnus.

Départ : Romain Eudeline. Arrivée : Dicky Palyama. Le groupe : Dicky Palyama (Hollandais, simple homme), Arnaud Merklé (simple), Maxim Ziegler (simple), Matéo Martinez (double et mixte), Nathan Robertson (Anglais, double et mixte), Alix Saumier (mixte), Martina Benesova (simple et double dame), Patty Stolzenbach (Hollandaise, simple et mixte), Febtria Rato Putri (Indonésienne, simple, double et mixte). Capitaine : Christophe Grunfelder.

 

 

Nos partenaires