CLUB D EXCELLENCE

REPORTAGE FRANCE 3 ALSACE ici

9ème JOURNEE INTERCLUB

18 MARS 2017 AU PALAIS DES SPORTS

RSM - ISSY LES MOULINEAUX 5/3

RSM 2 - ASPTT STRASBOURG 4/4

RSM 3 - BOURG EN BRESSE 6/2

 

18 MARS AU PALAIS DES SPORTS MULHOUSE

 

 

INTERCLUBS J5 - Mulhouse gagne le match des mal classés

Dans le duel des mal classés de la poule 2, les mulhousiens, pourtant en déplacement, re partent avec les deux points de la victoire, si précieux dans la course au maintien. Par Thierry Lacour, correspondant Badzine à Créteil On ne sait pas quelle était l'affluence des spectateurs dans les autres rencontres, mais dans le gymnase Nelson Paillou de Créteil, ce soir, il y avait plus de joueurs que de supporters... Le président du club hôte, Sébastien Millot, ruminait sa déception devant les travées vides, ne sachant qui incriminer le plus entre les membres du club peu enclins à venir supporter leur équipe première, ou la fédération qui a eu l'idée saugrenue de programmer une rencontre d'interclub un jour de vacances, tombant en plus le samedi soir précédant Noël... Et les températures polaires n'ont pas dû arranger les choses ! C'est donc dans une ambiance glaciale qu'a débutée la rencontre.

Dans ces circonstances, il ne fallait pas s'attendre à voir des merveilles. Tendus par l'enjeu, et pétrifiés par le froid régnant dans la salle, les joueurs (DH) et les joueuses (DD) ont du mal à entrer dans leur match. On assiste à un jeu hâché, avec un festival de fautes directes. Apparemment moins gênés par ces conditions de jeu (il fait toujours aussi froid là-bas ? (joke !), et jouant sans ressentir de pression, les alsaciens empochent les deux premiers points si importants pour donner confiance à l'équipe. Solenn Pasturel (T20)et Anne-Marie Gallet-Christensen (A1) ont logiquement cédé devant des adversaires meilleures sur le papier et sur le terrain, Julie Delaune (T10) et Martina Benesova (T5), mais sans démériter : 21/12, 15/21, 21/9.

Chez les garçons, cela a encore été plus serré. Rémi Lampach (A2) et Brice Leverdez (T10), étaient opposés à Christopher Tonks (T20) et Sébastien Bourbon (T50), en photo. Les coups d'éclat, les jaillissements, les anticipations et les smashes percutants du champion de France, n'ont pas suffi à ébranler une paire très bien rodée, menée à la voix par l'Anglais, un spécialiste du double. Placé le plus souvent devant, Christopher donne ses consignes à Sébastien, qui pilonne la défense adverse ; et dès que le retour n'est pas parfait, il déstabilise et désoriente ses adversaires par des coups tendus ou des amortis toujours admirablement bien placés, quand il ne vient tout simplement pas finir le point lui-même en rushant au filet. Un 3ème set de toute beauté a réchauffé un peu l'ambiance et l'enthousiasme de l'assistance, douchée par l'issue défavorable pour leur équipe (21/16, 14/21, 21/18 pour Mulhouse).

Les trois simples suivants ont été plus expéditifs : en SD2, Eva Sladekova (T20) dispose assez facilement de Chloé Lagarde (B3) : 21/12, 21/9 ; en SH1, Bastien Delaval (T50) bat un Peter Armstead très accrocheur : 21/16, 21/14 ; et en SH2, Didier Nourry (A1), qui effectuait là son 1er match de simple dans l'équipe 1 de Créteil, a bien rempli son contrat en venant à bout de Bruno Fiquet (A2): 21/11, 21/18.Le SD1 fut très âpre et disputé. Le match était tendu, les joueuses ne se faisant aucun cadeau, à la limite du fair-play... Malgré cela, c'était plaisant à voir, car on assistait à une confrontation de deux styles de jeu : Solenn Pasturel (T10), la jeune recrue anglaise de Créteil, est svelte, rapide, technique ; Martina Benesova (T10) est solide, puissante, plus physique. Elle a fini par épuiser son adversaire par ses dégagements fond de court et ses amortis, et Solenn, en fin de set, était toujours un peu en retard... Là encore, le vent a tourné en faveur de Mulhouse, à l'image de ce volant sur la bande, donnant le 1er set à Martina, qui gagne 21/18, 21/18.

Mulhouse mène alors 4 à 2. Créteil peut encore espérer obtenir un nul. Comme toujours, les mixtes vont faire la différence. Sur le papier, les paires mulhousiennes sont plus fortes que celles de Créteil. Cela s'est vérifié sur le terrain.

En Mx1, Rémi Lampach (T50) et Anne-Marie Gallet-Christensen (T50) (photo) , affrontent la redoutable paire T10 formée de Sébastien Bourbon et Julie Delaune. Grosse domination de ces derniers, qui jouent sereinement, en pleine confiance. Quoique tentent Rémi ou Anne-Marie, ça revient toujours, et ça marque. 21/11. Au 2ème set, les cristoliens sont sur-motivés. Leur équipe est au pied du mur, au bord de la défaite, et ils ne doivent pas perdre cette rencontre. Leur vaillance et leur science du mixte (ils ont déjà fait de belles perf' ensemble), leur font remporter cette manche, à l'énergie, 21/18. Le set décisif est splendide. C'est une bataille acharnée, mais au final, c'est le mixte le plus solide qui s'impose, remportant les points importants quand il le faut, et maintenant une qualité de jeu constante tout le match. Rémi craque un peu en fin de set, sortant trois volants de suite... 21/14

pour Mulhouse qui s'adjuge la victoire avec ce mixte.

Le Mx2 revient aussi dans l'escarcelle alsacienne. Là encore, en trois sets très accrochés. La paire locale formée de Brice Leverdez (A1) ! et Amélie Decelle (A1), n'a pas pu faire plier la paire formée de Christopher Tonks (T20) et Eva Sladekova (T50). Pourtant, le champion de France, vexé d'avoir perdu son 1er match, est au four et au moulin et démontre sa farouche volonté de gagner, en venant arracher presque à lui tout seul le 1er set (21/18). Mais en face, Christopher ne se trouble pas, il continue de diriger le jeu, comme il l'a fait dans le DH, et ça marche ! La fin du set est à suspense, et cela réveille la poignée de supporters frigorifiés, toujours là à plus de 23 h... 16/16, 17/17, 18/18, 19/19, 20/20... et 22/20 pour Mulhouse ! Le scénario est identique dans le set décisif. Même intensité, même combat, même dramaturgie finale : 14/14, 16/16, 18/18... Encore une fois, ça tourne en faveur des visiteurs : 21/18. Les deux mixtes auraient mérité la victoire, mais celui de Mulhouse, plus équilibré, plus expérimenté, a fini par gagner les points cruciaux.

Bravo aux Mulhousiens qui ont été très solides, et qui ont su faire une composition d'équipe qui a annihilé les forces cristoliennes. Le match retour promet d'être chaud... au printemps !

 

Nos partenaires