CLUB D EXCELLENCE

REPORTAGE FRANCE 3 ALSACE ici

7ème JOURNEE INTERCLUB

28 JANVIER 2017

BORDEAUX - RSM : 4/4

ORLEANS - RSM 2 : 7/1

VALDAHON - RSM 3 : 2/6

 

BONNE ANNEE

Le RED STAR MULHOUSE BADMINTON vous présente ses meilleurs voeux pour 2017

Goliath a battu David

C'était la dernière journée du Red Star à la maison. Et les Mulhousiens ont accueilli Chambly, qui n'a plus perdu depuis sa finale des championnats de France, il y a deux saisons.

 

 
Mulhouse, ici Matéo Martinez, n'a pas rigolé.

Une dernière à domicile et pas des moindres, pour le Red Star Mulhouse. Avec ses 47 points et ses neuf victoires en neuf journées, Chambly est le cadre de cette poule 1 de top 12. Une journée sans enjeu pour le Red Star.

À deux journées de la fin, les Mulhousiens ont assuré le maintien. Le seul enjeu était de bien figurer face à cet adversaire taille patron. Sans Arnaud Mercklé, retenu en préparation avec les Bleus et sans les étrangers. « Sans eux, nous savions ce qui nous attendait », glisse Christophe Grunfelder, capitaine.

Sans surprise, les Mulhousiens ont très vite déchanté. Jamais une journée ne sera d'ailleurs passée aussi vite. Seul Matéo Martinez, appelé en simple pour pallier l'absence d'Arnaud Mercklé, aura tenu trois sets face à Marin Baumann (23-25, 21-18, 14-21).

La seule rencontre gagnante aura été celle opposant Febtria Adisthya Rato Putri à Kirsty Gilmour. Une victoire sur forfait. La joueuse de Chambly, apparemment blessée, n'est restée que deux points sur le terrain. Un début de match qui laisse Christophe Grunfelder sur sa faim.

« Chambly, qui a quand même six à sept fois plus de budget que nous, ne nous a même pas permis de disputer ce match-là. Un match qu'attendait aussi Febtria. Nous aurions pu le gagner sur le terrain, déplore le capitaine. Sportivement, dans la charte de bonne conduite, il est interdit d'aligner une joueuse blessée. Malheureusement, nous n'avons rien pour le prouver. C'est dommage, la confrontation s'annonçait intéressante. »

« Les jeunes ont du malà se direqu'ils peuvent gagner »

Maxim Ziegler, lui, n'a rien pu faire face au numéro deux français, Thomas Rouxel. En double et mixte, c'est face à la référence européenne de la discipline, que les Mulhousiens se sont frottée.

Sur le papier déjà, la rencontre était déséquilibrée. « Les jeunes ont du mal à se dire qu'ils peuvent gagner, souligne François Schmitt-Baagoe, l'entraîneur. Avec l'expérience, ils arriveront à se dire que ce genre de match d'interclubs peut leur permettre de performer, justement. Mais pour Alix (Saumier), c'est la première année à ce niveau et Maxim (Ziegler), manque encore d'habitude et d'expérience. Sur ce coup-là, c'était quand même David contre Goliath ! Ce ne sont pas des rigolos. »

La dernière se jouera à Boulogne-Billancourt, dernier de la poule, l'occasion de terminer en beauté et de fêter le maintien.

Émilie Jafrate

 

Nos partenaires